PAPUA N-GUINEE

  • 1

    Description

    Description

    Pays : Etat Indépendant de Papouasie Nouvelle-Guinée Continent : Oceanie (la moitié est de l'île) / Melanesie (ses îles au large des côtes) Langues : 848 langues différentes, mais la plupart ont moins de 1000 locuteurs. Les langues indigènes les plus largement parlées sont le Enga, le Melpa et le Huli.       La Papouasie Nouvelle-Guinée est l'un des pays les plus diversifiés dans le monde, au niveau culturel. Des preuves archéologiques indiquent que les premiers humains sont arrivés en Papouasie Nouvelle-Guinée il y a entre 42.000 et 45.000 ans. Il existe des centaines de groupes ethniques; la majorité appartenant au groupe des Papous, qui sont arrivés dans les régions de Nouvelle-Guinée il y a des dizaines de milliers d'années. Les autres populations indigènes sont des Austronésiens dont les ancêtres sont arrivés il y a moins de cinq mille ans. CULTURE Il est estimé qu'il existe plus de 1000 groupes culturels en Papouasie Nouvelle-Guinée. Du à sa diversité, de nombreux styles d'expressions culturelles ont émergées; chacun des groupes a créé ses propres modes d'expression artistiques, danses, armes, costumeschants, musique, architecture... La plupart de ces groupes culturels possède leur propre langue. Les populations vivent typiquement dans des villages qui dépendent de l'agriculture subsistentielle. Dans certaines régions, les populations chassent et collectent des plantes sauvages (comme les racines d'igname) afin de compléter leur alimentation. Ceux qui sont devenus doués à la chasse, à l'agriculture et à la pêche gagnent une grande part de respect. Sur le fleuve Sepik, il existe une tradition de gravure sur bois; souvent avec des formes végétales ou anilmales, représentant les esprits de leurs ancêtres. Les populations vivant sur les hauts-plateaux se fiançent avec des rituels hauts en couleurs que l'on appelle des "sing sings". Ils appliquent de la peinture sur leurs corps et s'ornent de plumes, de perles et de peaux d'animaux afin de représenter des oiseaux, des arbres ou des esprits de montagne. Lors d'un tel événement musical, des cérémonies telles les batailles légendaires, sont jouées. LES BOUCLIERS Les boucliers représentent un objet aussi bien pratique qu'esthétique qui sert à la protection personnelle lors de batailles tribales, des événements qui étaient souvent reliés à des conflits identitaires, à des rites et à des facteurs sociaux. Les dessins géométriques et les couleurs vives servent à intimider l'ennemie et à marquer l'identité d'une tribu en particulier. Leurs significations ont aussi souvent un lien avec les préférences personnelles de chacun des artisans et le genre de symboles qui étaient transmis au sein de sa tribu. Les motifs dessinés sur ces boucliers réfèrent la plupart du temps à des totems végétaux, animales bien spécifiques à chaque clan. Les cercles concentriques doivent représenter des têtes humaines. Les coleurs jouent un rôle crucial afin de donner à ces boucliers leur puissance apparente. L'approvisionnement des pigments et leur application revêtent d'une fonction rituelle. Avant une bataille, certaines tribus appliquent une couche de peinture fraîche et ce processus peut avoir prendre une forme cérémoniale afin d'invoquer l'aide des ancêtres. Les couleurs rouge, noir, jaune et blanc sont les couleurs les plus communément utilisés, mais le noir est plus particulièrement significatif car il est fabriqué avec la suie qui s'est accumulé sous les toits, où  ces boucliers sont la plupart du temps stockés afin de les noircir et pour le renforcer l'écorce. Sources: Wikipedia / Panoramio-Google Maps
×